Il y a peu, alors que je répondais à une interview par écrit, j’ai mentionné cette phrase connue disant que lire permet de vivre des centaines de vies en une. Après coup, cette image m’a fait réfléchir et j’ai fait une connexion entre le fait de vivre plusieurs existences en une seule, et celui de lire en pleine conscience.

J’ai souvent mentionné en causerie que rester en présence devant un film était particulièrement difficile. Le faire en lisant l’est tout autant. On se laisse emporter par les émotions, les aventures des personnages, et si l’œuvre est bien conçue on plonge littéralement dans le récit. On rit, pleure et tremble avec eux. On s’identifie, on est eux.

Il y a donc deux façons de recevoir la lecture, une manière présente et consciente, en bref à l’écoute de son monde intérieur, branché sur l’accueil de son ressenti. Et il y a une façon mécanique, réactive, sans écoute consciente de son ressenti. Cette dernière manière est peu à même d’être une nourriture réellement active par la suite, une fois l’œuvre achevée, car l’expérience n’a pas été vécue en conscience. J’irai donc un cran plus loin en disant que si l’on peut vivre mille vies en une par la lecture de toutes sortes de livres, il est à mon sens plus important encore d’être en pleine conscience en lisant et d’être ancré au corps, car sans cela les expériences issues du livre s’impriment directement dans le subconscient et les choses sont ensuite laissées en arrière plan de la conscience. Et si, effectivement, elles vont marquer votre manière de voir le monde et d’y réagir après lecture, tout cela relèvera de la réaction mécanique.

La lecture en pleine conscience peut, quant à elle, vous amener à, justement, prendre conscience de la facilité avec laquelle on se glisse dans la peau du héros, qu’on se projette dans la vie des personnages et qu’en bref on vibre avec eux. Mais cette expérience est-elle mécanique ou consciente ? Vous allez me dire que le lecteur qui n’est pas en pleine conscience va lui aussi vibrer de la même manière. Certes, mais le capital d’expérience ne sera que peu réutilisé, alors que si nous lisons le plus possible en conscience, les multiples existences vécues par sympathie, projection, immersion, etc. vont devenir des mémoires réellement actives. Ces mémoires d’expériences deviennent en quelque sorte des expériences réelles et servent ensuite de capital conscient.

Il est intéressant de voir que pendant un thriller ou un film d’épouvante, vous allez sursauter au moment voulu par le réalisateur et le scénariste — qui, au passage, écrit d’abord ce que vous voyez ensuite —. Alors, à cet instant, n’avez-vous pas réellement peur ? Bien sûr que si. Pourtant, le monstre du film n’existe pas. Néanmoins, si le livre ou le film n’existe pas, l’expérience que vous en faites est quant à elle bien réelle. Simplement parce que vous cerveau y croit.   Pour lui, c’est réel.

On peut se poser des questions plus philosophiques encore ! Qu’est-ce que le réel ? Vous qui lisez ces mots, comment les vivez-vous ? Quel impact mental, émotionnel puis physique ont-ils sur vous ? En avez-vous conscience ? De plus, pour rajouter à l’expérience, vous n’êtes pas à côté de moi, mais je vous parle, quelque part dans un monde imaginaire qui est pourtant d’une certaine manière bien réel. Nous sommes en quelque sorte en communication et en me lisant, vous « m’entendez ». Ainsi est la magie de la lecture. Et ainsi est aussi la magie de la pleine conscience qui va décupler et ancrer cette expérience-là.

Sans présence à soi, la lecture — comme toute autre chose — n’est pas réellement reçue, goûtée, vécue à fond pour mieux s’en libérer ensuite, mais aussi pour la capitaliser en termes d’expériences réellement vécues, en conscience, du point de vue de l’ensemble corps-cœur-tête. En lisant sans présence à soi, vous êtes identifié, sans attention au ressenti, sans « recul », sans véritable conscience d’être, ici et maintenant. Les choses s’entassent alors en vous et filent directement vers l’ombre subconsciente. Vous continuez ainsi dans une course sans fin vers un futur qui n’existe pas.

Vibrer en conscience, c’est être connecté au corps, goûter à ce qui se produit en soi, sans jugement, sans étiquetage, juste ce qui est, tel que c’est, ici et maintenant. Trembler, rire ou pleurer en même temps qu’un livre demande finalement qu’on l’honore, qu’on le vive avec toutes les facettes de soi, physiques, émotionnelles et mentales. Et la pleine conscience est la voie royale de l’accueil de ses émotions, et donc par ricochet de l’accueil du livre, de l’accueil de l’expérience sensorielle très concrète qu’il nous fait vivre.

La fiction lue en pleine conscience vous ouvre alors les portes d’un multivers, d’un monde magique où toutes ces histoires, tous ces héros sont des facettes de vous, des autres, de mondes riches et inconnus, mais désormais à portée de main consciente. Les fictions invitent à vous ouvrir à elles, à y plonger pour vivre ces mille vies en une, parce qu’elles sont de purs trésors et qu’elles vous libèrent en vous apportant la connaissance de vos multiples facettes intérieures. Les fictions vous rendent vaste, ouvert et plein de la Vie elle-même.

 

Prochain article : La lecture de fiction et la visualisation par l’œil intérieur

 

La littérature de l’imaginaire comme questionnement du réel

La littérature de l’imaginaire fait souvent office de parent pauvre dans le paysage de la littérature générale, surtout en France. Bien que depuis quelques années, les choses changent un peu, tout un pan de « l’intelligentsia littéraire » la limite tout de même encore...

Souffrance et créativité

Est-ce que les artistes qui souffrent créent mieux et plus ? Est-ce que la souffrance est un terreau pour une créativité meilleure ? C’est pourtant une idée qu’on entend souvent : « cet artiste est torturé, sa création est magnifique », etc. Pour ma part, je pense que...

Pourquoi je soutiens la POD

[Dernière mise à jour : 10/12/17] Tout d'abord, la POD, Késako ? Une fois n’est pas coutume, voici un article un peu plus engagé que d’habitude pour défendre la POD. La POD, « Print on Demand », est traduit en français par « Impression à la demande ». Vous le savez...

Interview du blog “La Biblio de Sophie”

1/ Depuis quand écris-tu ? Est-ce que ça a toujours été ta passion ? Depuis mon enfance, j’ai toujours été attiré par l’écriture et la créativité. Avec mon frère, on écrivait des BD entières. Je dessinais beaucoup. Je prenais souvent la machine à écrire de ma mère et...

L’écriture, la lecture et l’œil Intérieur

Vous le savez, quand on lit, on voit ce qui est raconté et décrit par l'auteur. Les choses se meuvent et vivent dans notre esprit. Cela ne vous a-t-il jamais intrigué ? J’ai été étonné et ravi dans le même temps quand j’ai lu, dans « Écriture, mémoire d’un métier »,...

La lecture en pleine conscience

Il y a peu, alors que je répondais à une interview par écrit, j’ai mentionné cette phrase connue disant que lire permet de vivre des centaines de vies en une. Après coup, cette image m’a fait réfléchir et j’ai fait une connexion entre le fait de vivre plusieurs...

2048, dystopie cyber-sorcière

  2048 était au départ une nouvelle s’insérant dans la série « Sorciers ». Le personnage principal était une jeune femme découvrant ses pouvoirs sorciers dans un monde ultramoderne et sombre. Mais très vite, l’intrigue m’a échappé dans le sens où l’aventure s’est...

Sur les pas d’un mage : “Le concile de Merlin”

« Le Concile de Merlin », initialement paru sous pseudonyme, est un projet ancien qui a longuement mûri avant d’être couché sur papier. Au départ, je souhaitais développer ce que pouvait être « l’après-Merlin » parce qu’à mon sens, si beaucoup d’encre a coulé  sur le...

Pourquoi la série de nouvelles « Sorciers » ?

Comme je le disais dans mon précédent billet de blog, la série "Sorciers" est née d’une volonté de faire goûter de l’intérieur le vécu d’un sorcier ("blanc", bien entendu). Il s’agissait pour moi de faire expérimenter au lecteur des voyages qui impliqueraient de...

Chemin de vie de mes récits

  D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé écrire. Jeune garçon, je piquais la machine à écrire de ma mère pour mes premiers écrits. Je me réfugiais dans la buanderie et tapais à la machine face à la fenêtre donnant sur les champs derrière la maison. Avec...