Je relisais il y a peu un livre sur les Dialogues avec L’Ange (La Source Blanche de Patrice Van Eersel). Dans ce texte, un des rares auquel je souscris sans réserve dans ce domaine, il est mentionné l’idée que la guerre, c’est l’ancien, et qu’il faut faire naître sur Terre, le nouveau, le radicalement nouveau.

Le jamais vu, jamais dit, jamais fait.

Je ne cesse depuis lors de faire un parallèle avec le monde actuel et les crises diverses que l’on vit et surtout la dérive sécuritaire et coercitive qui se met en place partout dans les pays dit « modernes », ultra capitalistes, pass sanitaire en tête, menant droit vers une discrimination sociale sans précédent et un modèle à la Chinoise.

Face à ces dérives inquiétantes, les reculs incessants des Droits de l’Homme, des libertés et la montée en parallèle des pensées et paroles fascisantes n’ont de cesse de diviser les gens, les abrutir et de cultiver la haine de l’autre. Or, Les Dialogues avec l’Ange se sont produits durant la 2nde guerre Mondiale, entre 1943 et 1944 en Hongrie, alors cernée par la violence et qui bénéficiera curieusement, durant un temps du moins, d’un îlot relativement préservé avant de tomber en 1944 dans la violence totale puis le communisme qui fera les ravages que l’on sait aujourd’hui.

Quand il est exhorté de faire naître le radicalement nouveau, jamais vu, jamais fait, je songe que c’est un chemin qui peut tout à fait convenir aujourd’hui.

C’est même une voie qu’il est urgent d’ouvrir et d’arpenter.

Alors, pourquoi ?

Quand je vois les restrictions de libertés et les ségrégations s’accumuler, auxquels s’ajoutent mensonges, manipulations, corruptions, etc. les émotions se lèvent : colère, tristesse, peur aussi. Et puis, le dépit : pourquoi continuer de manifester ? 19 semaines d’affilées et qu’est-ce qui a changé ? Rien. Ils s’en fichent ; peut-être ont-ils quelques craintes, mais avec les défilés relativement calmes, les CRS écrasent ceux qui bougent trop. Ils arrêtent, arrosent, assomment, éborgnent, emprisonnent (parfois même en préventive!). Les chiffres sont trafiqués et les médias mainstream se taisent. En bref, la machine de répression est bien huilé, au point même qu’on vend aux autres pays nos méthodes de contrôles anti-insurrectionnelles.

Car c’est de cela qu’il s’agit.

Ensuite, quand je pense aux textes que j’ai écrits depuis bientôt 2 ans et au fait que quasiment tout ce sur quoi j’avais alerté les gens s’est produit, je songe que l’heure n’est plus à débattre de cela ni même de tenter d’ouvrir les yeux de ceux qui ne voudront pas voir.

Donc, les manifs appartiennent au déjà vu, déjà fait, même si elles sont louables, compréhensibles et que j’en ai moi-même faits.

Les recours légaux (Cour Européennes des Droits de l’Homme, Conseil d’État, etc.) ont été déboutés, détournés, rendus inefficaces.

S’agissant des médias, ils ne servent que la même soupe nauséabonde, encore et encore, biberonnés aux subventions de groupes privés dont les intérêts ne sont pas humanistes, ni bienveillants, c’est le moins qu’on puise dire.

Alors que reste-t-il ? La guerre civile ? L’amour total de notre prochain ? Bizarrement, et au risque d’encore me mettre des gens à dos, je vais opter pour une 3e voie : créer autre chose.

Simplement parce que l’amour total, pour avoir vu des gens qui l’incarnait, je sais qu’aujourd’hui, je n’en serai pas capable. Je vais être franc : si l’on s’attaque à mon fils ou à ma compagne, ou encore mes parents, je le dis clairement, j’agirai et physiquement s’il le faut. C’est ce qui se passe en Guadeloupe, Martinique, Nouvelles Zélande, Australie. Si je suis conscience, ancré, lucide, je sais aussi qu’en face, ils sont armés, convaincus de leur bon droit, qu’ils obéissent aux ordres et que si ceux-ci leur demande de charger les manifestants, ils le font. Et s’ils leur ai demandé de faire du porte à porte ou de faire des barrages filtrants, ils le feront.

Je ne suis pas un saint, même si je répugne à la violence. Je sais aussi la sortir quand il le faut. Et voilà un point nexus dangereux.

Quant à la guerre civile, celle qui pourrait tout à fait naître en Europe d’ici peu (par exemple autour de l’élection française) si rien n’est fait, j’ai pour ma part eu la « chance » incroyable de voir un pays au sortir de la guerre : l’ex Yougoslavie. A 20 ans, j’ai vu Tuzla, et plusieurs villes à côté de Sarajevo. J’ai vu et humé cette folie humaine, la tristesse sans fond des gens, les regards d’enfants perdus dans le vide, l’absence d’hommes, l’alcool, les gens portant des kalachnikov dans les rues. Je sais, j’ai vu et j’ai compris que la violence, la guerre amène des horreurs inimaginables.

Ce n’est donc pas une voie envisageable non plus.

Alors quoi ? Voilà une putain de bonne question.

Je la retourne dans mon crâne sans cesse et voici que la réponse vient. Une réponse sous forme d’incitation, d’investigation, une réponse qui n’en est pas une : faire naître le nouveau. Le NOUVEAU.

Jamais fait.

Jamais dit.

Jamais vu.

Jamais entendu.

Dans Les Dialogues, il est aussi dit que « la réponse est au sommet de la question ». Voilà une autre direction.

Enfin, pour conclure, je songe depuis lors au fait que Rosa Parks a, par exemple, à son époque, en pleine discrimination raciste, osé faire le radicalement nouveau : s’asseoir dans un bus de

Alors, je vous pose la question – sans attendre vraiment de réponse, mais pour semer la graine- : quel serait le radicalement NOUVEAU de notre époque ?

Quel acte ou pensée serait radicalement nouveau et qui pourrait faire naître ici un véritable nouveau paradigme ?

Bien sûr, il n’y a pas qu’une seule réponse. Mais il est à noter que bien souvent, la bascule vient d’abord d’une seule chose, d’un seul élément. Cela commence toujours pas une seule chose. Et c’est la traînée de poudre. Peut-être même que Rosa Parks n’était pas la première (certainement d’ailleurs), mais c’est elle qu’on a retenu. Mais à un moment donné blancs. Mandela a lui aussi oser le radicalement nouveau, à son époque, tout comme Martin Luther King et bien d’autres. é, quelque part, quelqu’un a ouvert le NOUVEAU, à oser redresser la tête. Reprendre sa dignité. Et la porte s’est ouverte.

Je prie vraiment pour qu’on trouve la porte de notre époque.

Des outils pour faire face aux restrictions de libertés

Je fais ce nouvel article alors qu’il vient d’être annoncé la création d’une commission sur le complotisme et que nos libertés se réduisent chaque semaine un peu plus, le tout dans un marasme et une apathie généralisée qui me catastrophe. Aujourd’hui et dorénavant...

Pour faire face : lucidité et action

J’ai récemment lu un terme qui m’a interpellé et que je trouve très juste : « faire cessation psychologique ». Ceux qui me suivent, me connaissent ou m’ont déjà lu, savent que j’aborde les thèmes de la spiritualité (laïque), de l’énergétique (Qi gong, shiatsu...) et...

Un renouveau extérieur, depuis un renouveau intérieur

Un renouveau extérieur, depuis un renouveau intérieur La situation actuelle, française autant que mondiale, est le reflet du grand virage dans lequel nous nous trouvons. Il me semble important de comprendre que nous sommes dans l'épingle de ce virage, c'est à dire,...

Dépassons notre peur

Dépassons notre peur. Si vous êtes choqué, peut-être bouleversé, révolté ou simplement déprimé, sachez que c'est normal. Ce qui se passe depuis plusieurs semaines est tout simplement hallucinant, révoltant, délirant dans le sens premier du mot. A la perte de sens...

Nous nous trompons d’adversaire

Nous nous trompons d’adversaire. Je constate depuis plusieurs semaines que les gens se divisent de plus en plus fortement : soi-disant complotistes contre soi-disant détenteurs de la vérité, check news contre fake news, pro masque contre anti masque, et maintenant pro...

Sécurité globale, peur générale

(attention, long post et les commentaires déplacés seront supprimés sans délai)   Chers lecteurs,   Je vais une fois de plus prendre le contre-pied du « mouvement » actuel. Beaucoup semblent heureux (à juste titre si l’on s’en tient à une vision restreinte) de pouvoir...

45

45 ans. Une demi-vie, j’espère. Le temps de faire un point. Né dans le 93, à Tremblay les Gonesse (à l’époque), c’est à Sevran que je partage avec mon frère les terrains de jeux en béton au milieu des grandes tours. Pourtant, ce sont des jours heureux. Entre Ulysse 31...

Sidération, folie ambiante et pleine conscience

Je sors à nouveau de ma grotte pour évoquer quelques constats et ma perception des choses.Je voudrais souligner d’abord ce qui concerne la pratique de pleine conscience et ce qui concerne l’interaction entre celle-ci et les événements actuels. Le premier point...

La peur et la Voie

LA PEUR ET LA VOIE - (mis à jour le 18/09/20 à 9h)Je prends mon clavier pour proposer à ceux qui me suivent et ceux que la Voie intéresse ou simplement ceux qui souhaitent réfléchir sur la situation actuelle, tant globale qu’intime. Parce que, il faut l’avouer, la...

Ne pas céder à la haine : plaidoyer pour la lucidité, l’engagement puissant et la force de l’esprit.

Je travaille depuis quelques semaines sur un nouvel essai. Après « L’Alchimie des énergies », un livre à la fois pratique et théorique, dense et large, je voulais quelque chose de direct, simple. Quelque chose tournant autour de l’idée du « guerrier pacifique » (même...
Share This